Les vaccins vétérinaires jouent un rôle majeur dans la protection de la santé animale en prévenant et en contrôlant les maladies épizootiques graves et en empêchant la transmission interhumaine des maladies infectieuses. La disponibilité des vaccins pour les animaux aquatiques d'élevage, ainsi que pour d'autres médicaments vétérinaires, est extrêmement faible.

Le Conseil consultatif de l'aquaculture apprécie les contributions de ses membres du Royaume-Uni aux travaux du Conseil et au secteur de l'aquaculture de l'Union européenne.

 

Le CCA encourage ces membres, de même que d'autres organisations britanniques, de continuer à contribuer en tant qu'observateurs actifs  [1] au développement d'un secteur aquacole durable via un dialogue constructif et continu dans le futur post-Brexit. 

[1] Les règles de procédure du CCA (Article 10-3): “Le CCA n’est pas responsable des frais de participation des observateurs. Les observateurs n’ont pas le droit de voter."

Résumé

Alors que l'aquaculture mondiale se développe et dépasse la production issue de la pêche, il est primordial d'assurer le bien-être des poissons lors de l'abattage. Dans l'Union européenne (UE), la législation protège les poissons à l'abattage selon un principe général consistant à éviter les souffrances. Toutefois, la Commission européenne a indiqué qu'une évaluation approfondie de l'abattage du poisson d'élevage serait réalisée afin d'introduire des règles plus spécifiques dans le règlement sur l'abattage afin de protéger les poissons.

 

La production aquacole de l'UE est extrêmement diverse en ce qui concerne les espèces et les systèmes de production, et cette diversification augmente rapidement. Cela peut nécessiter plus d'attention envers : la simplification, la flexibilité, l'analyse des risques et l'évaluation coûts-bénéfices des mesures mises en œuvre.

Les recommandations ci-dessous résultent de la synthèse des travaux du Groupe de Travail sur les poissons et du Groupe de Travail sur les mollusques de l’AAC.